top of page
Rechercher

Pourquoi écrire des nouvelles ?

Dernière mise à jour : 19 sept. 2023

Lorsqu’on souhaite se lancer dans l’écriture de fiction, écrire des nouvelles est assurément un excellent exercice, et ce, pour plusieurs raisons. On l’ignore souvent, mais la plupart des grands romanciers ont d’abord écrit des nouvelles avant de connaître le succès avec leurs romans.


Le genre de la nouvelle : définition

Un texte de fiction, traitant d’un seul incident, matériel ou spirituel, et que l’on peut lire d’une traite.

couverture du livre L'Art de la nouvelle de W. Somerset Maugham

Edgar Allan Poe a largement contribué à faire de la nouvelle un genre littéraire à part entière. Son compatriote W. Somerset Maugham, lui-même romancier et nouvelliste, le cite dans son essai L’Art de la nouvelle, publié en 1898 :


Personne mieux que Edgar Allan Poe n’a énoncé avec plus de précision les règles canoniques du genre de la nouvelle […]. Je me contenterai de ce court extrait :


« Un artiste habile a composé un conte. Après avoir conçu, de soin délibéré, un seul et unique effet à produire, il invente alors les épisodes qui vont avec. Si sa toute première phrase ne tend pas à amener cet effet, c’est qu’il a échoué après avoir à peine commencé. Dans l’entière composition, il ne devrait pas y avoir un seul mot qui n’ait pour but, directement ou indirectement, d’accomplir un dessein préalablement établi. Et par ce moyen, avec ce soin et cette habileté, un tableau, à la fin, est peint, qui laisse dans l’esprit de celui qui le contemple une impression de satisfaction la plus totale. L’idée qui présidait à la conception du conte y apparaît intacte, car rien n’est venu la troubler. »


Il n’est pas difficile de comprendre ce que Poe entendait par une nouvelle réussie : un texte de fiction, traitant d’un seul incident, matériel ou spirituel, et que l’on peut lire d’une traite. Le résultat doit être étincelant, original, stimulant ou impressionnant, et garder son unité dans l’effet produit, en progressant d’un seul mouvement du premier au dernier mot.


Tentons une autre définition, plus simple :


Une nouvelle est une œuvre de fiction, souvent courte et intense, avec peu de personnages. Bien que l'histoire racontée soit brève, elle doit toutefois être construite autour d'un événement, en suivant un arc narratif complet (début, milieu, fin). La nouvelle comporte un titre qui donne du sens au récit, et se termine par une chute originale qui respecte la cohérence de l’histoire.


Ainsi, l’écriture d’une nouvelle, comme l’écriture de tout texte de fiction, ne laisse pas de place à l’improvisation. Bien que le format soit court, l’auteur devra néanmoins mener une réflexion au préalable pour construire une trame cohérente, écrire son texte, puis le retravailler pour s’assurer de l’« unité d’effet » dont parlait Edgar Allan Poe.


Ecrire des nouvelles : moins intimidant qu’écrire un roman


L’exercice n’est donc pas aussi simple qu’il n’y paraît. Néanmoins, l’écriture d’une ou plusieurs nouvelles reste nettement plus accessible que l’écriture d’un roman. En effet, ce travail ne requiert pas la même endurance et ne présente pas la même complexité. Dans une nouvelle, on se concentre sur une seule intrigue et une poignée de personnages, là où un roman se compose d’un enchevêtrement d’intrigues et de sous-intrigues, et de tout un casting de personnages à la caractérisation poussée.

personne devant un carnet en train d'écrire

Une satisfaction plus immédiate


L’écriture de nouvelles présente un autre avantage : on aboutit à un récit complet en quelques semaines ou en quelques mois (selon la longueur de la nouvelle), là où un roman nécessite plusieurs années de travail. Puisque la finalisation du texte est plus rapide, la satisfaction d’avoir terminé l’est également. Cet aboutissement est loin d’être négligeable, car il permet de gagner confiance en sa capacité à produire des textes – confiance qui vous mènera à commencer un roman un jour, si cela est votre souhait.


Explorer des territoires d’écriture inhabituels


L’écriture de nouvelles permet également d’explorer des procédés narratifs vers lesquels on ne se tournerait pas d’ordinaire. Par exemple, choisir d’écrire à la première personne lorsqu’on écrit plutôt à la troisième personne, s’essayer à un genre littéraire tel que la science-fiction lorsqu’on s’inscrit plutôt dans une littérature réaliste, développer des personnages très éloignés de ceux qu’on côtoie au quotidien, etc.


Lorsque j’ai écrit « Ma chérie », nouvelle publiée dans le recueil En marge, j’ai longtemps tâtonné pour savoir quel narrateur choisir pour raconter cette histoire. Toutes mes tentatives avec un narrateur omniscient se sont révélées infructueuses. C’est lorsque j’ai décidé de faire d’un personnage minime mon protagoniste principal et de lui donner une voix, que j’ai trouvé la tonalité de ma nouvelle : l’humour, un registre qui n’est pas du tout le mien à l’origine. Cet aboutissement m’a révélé une envie insoupçonnée de continuer à explorer cette nouvelle façon d’écrire.


Tous les grands écrivains ont écrit des nouvelles


Prosper Mérimée, Honoré de Balzac, Théophile Gautier, Gustave Flaubert, Emile Zola, Henry James, Robert Louis Stevenson, Arthur Conan Doyle, Graham Greene, Stefan Zweig, F. Scott Fitzgerald, Ray Bradbury… ont écrit des nouvelles. La liste est encore très longue ! Guy de Maupassant a écrit plus de trois cents nouvelles, et Anton Tchekhov, plus de six cents. Même les auteurs qui ne sont pas connus pour leur concision mais plutôt pour leurs « pavés », tels que Léon Tolstoï, Fiodor Dostoïevski et Hermann Melville ont eux aussi écrits des nouvelles. D’autres ont choisi de ne s'exprimer que par la nouvelle : c’est le cas de Raymond Carver ou encore d’Alice Munro, auteure canadienne, unique « nouvelliste » à avoir reçu le prix Nobel de Littérature (2013).


Ray Bradbury, avant de connaître le succès avec Fahrenheit 451, s’est astreint à écrire une nouvelle par semaine pendant vingt ans. Il écrivait le premier jet de sa nouvelle le lundi, écrivait le deuxième jet le mardi, le troisième le mercredi, le quatrième le jeudi, le cinquième le vendredi, envoyait sa nouvelle finalisée aux grandes publications newyorkaises le samedi, et réfléchissait à la nouvelle suivante le dimanche. L’autre œuvre pour laquelle Bradbury est le plus connu est Les Chroniques martiennes. Il s’agit d’un recueil de nouvelles de science-fiction pour lequel l’auteur a réussi la prouesse d’en faire aussi un roman si on lit le recueil de bout en bout.


couverture du livre Chroniques martiennes de Ray Bradbury

Parfois, une nouvelle se transforme en roman. L’Attrape-Cœurs de Salinger était d’abord une nouvelle avant de devenir le roman iconique qui a fait la réputation de son auteur. Le Roman du mariage de Jeffrey Eugenides, publié en 2011, fut élaboré à partir d’une nouvelle écrite en 1996.


Participer à un concours de nouvelles


Si les prix littéraires ne sont décernés qu’aux œuvres intégrales (romans, recueils de nouvelles, essais) publiées essentiellement à compte d’éditeur, il existe de nombreux concours de nouvelles ouverts aux écrivains en herbe qui n’ont encore jamais édité aucun texte. Si la compétition est source de motivation chez vous, alors n’hésitez pas à participer à l’un des nombreux concours de nouvelles organisés chaque année.


Vous les deux principaux sites internet qui recensent les différents concours de nouvelles francophones :


Le concours de nouvelles by Christine


En 2023, pour fêter les cinq ans d’existence de L’atelier d’écriture by Christine, ainsi que le lancement de collection Elan, destinée à publier des auteurs émergents, nous organisons notre premier concours de nouvelles !


Le thème du concours est : « Sans complaisance ». Pourquoi ce thème ? Parce que l’heureux gagnant du concours aura l’opportunité de voir l’une de ses nouvelles publiée dans un prochain recueil de la collection Elan.

logo de la collection Elan

Or, la collection Elan, au sein des éditions Pacifica, est à la recherche d’auteurs qui abordent avec courage et liberté des sujets tabous, impopulaires voire qui dérangent – en tout cas qui s’écartent de la bien-pensance. L’idée n’est pas de choquer, mais d’encourager le lecteur à envisager une autre vision du monde que celle qui est rabâchée uniformément par l’opinion dominante.


Publié en février 2023, En marge est le premier recueil de nouvelles de la collection Elan. Il a été co-écrit par six anciens participants de L’atelier d’écriture by Christine et par moi-même. Si vous souhaitez le lire et découvrir des nouvelles « sans complaisance » et vous en inspirer pour écrire la vôtre, vous pouvez commander le livre chez votre libraire, ou en ligne : Amazon, Fnac, Editions Pacifica.


couverture du recueil de nouvelles En marge

La date limite pour nous envoyer votre nouvelle est le 31 mai 2023. A vos claviers !


La contrainte : moteur de la création

L’art naît de contraintes, vit de luttes et meurt de liberté.

On pourrait voir les règlements ainsi que la thématique imposée par les concours de nouvelles comme des contraintes, et donc des obstacles à la libération de sa plume. Au contraire, comme disait André Gide : « L’art naît de contraintes, vit de luttes et meurt de liberté. » En effet, en écriture, comme dans toute création artistique, plus il y a de contraintes et plus il est facile de créer. Les contraintes ne sont rien d’autre qu’un cadre qui délimite votre champ d’action. S’il n’y a pas de cadre, pas de limite, il est facile de se perdre.


La contrainte de thématique


La thématique imposée dans les concours permet au jury de déceler la capacité d’un auteur à s’approprier un sujet et à le faire sien, en proposant un point de vue personnel, original, sensible, inédit.


La thématique évite aux auteurs de s’éparpiller, d’aller dans plusieurs directions à la fois sans en choisir aucune, de tomber dans l’incohérence et le chaos narratif. Elle leur permet d’explorer et de se concentrer sur un territoire d’écriture prédéfini.


La contrainte de temps


Si vous ne le saviez pas encore, nous sommes tous des procrastinateurs en puissance ! Avoir une date butoir, une deadline comme on dit de nos jours, cela crée un sentiment d’urgence qui nous pousse à accomplir ce qu’on tendance à repousser au lendemain. Savoir que notre temps est limité nous permet d’être plus productif, d’écrire plus vite. Comme disait l’autre, « plus on a de temps et plus on en prend. » L’inverse est également vrai.


Quelques conseils


C’est décidé, votre prochain challenge est de participer à un concours de nouvelles ! Voici quelques recommandations à suivre pour mettre toutes les chances de votre côté :


1. Si le concours prévoit un thème imposé, respectez-le. Il est tentant de ressortir une nouvelle qu’on a travaillée il y a longtemps et de l’envoyer à un concours, alors qu’on sait pertinemment que le texte n’a, a priori, aucun lien avec le thème du concours. Abstenez-vous. Vous perdriez votre temps, ainsi que celui du jury. Exercez-vous plutôt à écrire un nouveau texte qui porte bien sur le thème du concours.


2. Soignez la présentation. La mise en page d’une nouvelle ou d’un roman suit des conventions assez strictes. Que ces règles soient précisées ou non sur le site du concours, il est attendu des auteurs qu’ils les connaissent et les respectent. Aussi, un aspirant écrivain qui se sera renseigné au préalable sur la présentation d’un texte se démarquera d’emblée par son sérieux et son professionnalisme. La mise en page du texte est comme la première impression que l’on fait lors d’un entretien d’embauche : ce ne sera pas forcément déterminant pour votre réussite, mais une chose est sûre : vous voulez éviter d’avoir un handicap de départ.


Allez, je vous dis tout sur cette fameuse présentation ! 😉 Voici comment votre texte doit être mis en forme :

  • Police Times New Roman, taille 12

  • Interligne double

  • Texte justifié

  • Pas d’espacement entre les paragraphes

  • Alinéa à chaque nouveau paragraphe

  • Tiret cadratin ou semi-cadratin pour les répliques de dialogues

  • Pages numérotées


3. Soyez sobre dans le mail qui accompagne votre nouvelle. N’essayez pas « d’impressionner » la personne qui réceptionne les candidatures ; vous y parviendrez rarement et risquez de créer l’effet inverse. Le texte qui est jugé est celui de la pièce jointe, pas celui du corps du mail.


4. Avant de l’envoyer, relisez votre nouvelle une énième fois, méticuleusement (même si vous l’avez déjà relue dix fois), pour traquer les dernières coquilles et fautes d’inattention. Une « copie parfaite » vous donne un avantage sur les autres, tandis qu’une copie bâclée sera perçue comme un manque de respect par le jury.


Si vous suivez ces conseils, vous êtes sûr de franchir la première étape : celle d'être lu par le jury.


Rendez-vous en septembre pour l'annonce des résultats ! 🏆😀





Comments


bottom of page