Rechercher

Mes bonnes résolutions pour la nouvelle année !

Mis à jour : janv. 23

Janvier : le mois des bonnes résolutions. J’adore les nouveaux commencements ! Ils offrent la possibilité de repartir sur de nouvelles bases, de faire le plein de motivation et d’ouvrir le champ des possibles. Depuis l’âge de quinze ans, tous les lundis matin j’établis avec précision mon plan d’action pour la semaine à venir. Et quel meilleur moment que le mois de janvier pour dresser un bilan de l’année passée et redéfinir ses objectifs et priorités pour la nouvelle année ?


Quelques conseils pour mettre en place votre plan d’action :


  1. Isolez-vous : pour mener à bien cette réflexion, vous devez vous éloigner de toute distraction. Et comme la solitude est une habitude à développer lorsqu’on souhaite écrire, vivez ce moment d’isolement comme un entraînement. 😊

  2. Soyez objectif : quels ont été vos échecs et vos réussites durant cette année écoulée ? Être honnête envers soi-même fait de soi un meilleur écrivain (j’apprends à avoir du recul sur ce que je vis et écris) et un meilleur être humain (je choisis de vivre dans le vrai, même quand cette vérité est difficile ; en refusant le déni, je peux agir sur la situation et travailler à l’améliorer).

  3. Faites le point sur vos priorités et les projets sur lesquels vous souhaitez travailler durant l’année à venir. Cela permet de faire le tri et de donner une direction claire à vos journées. C’est indispensable pour ne pas se laisser submerger par les sollicitations extérieures, en nombre infini dans le monde d'aujourd’hui, se réveiller un jour à 60 ans et se demander, « Mais où est passé tout ce temps ? Qu’ai-je fait de ma vie ? » Pour s’assurer d’avancer, il est essentiel de savoir dans quelle direction on souhaite aller, d’être au clair sur sa destination, d’avoir une ligne directrice. Ainsi, même si on s’égare, on revient plus facilement sur le chemin.


Mes trois mots d'ordre : travail, action et responsabilité


Ci-dessous, je partage avec vous le fruit de ma propre réflexion, en espérant vous inspirer à faire le point et vous encourager à établir un plan d’action, vous aussi !

Plus que des résolutions, pour me guider tout au long de l’année 2020, j’ai choisi trois mots d’ordre : Travail, Action et Responsabilité.

Pourquoi ces trois notions ?


  • Travail : ceux qui ont déjà participé à mes ateliers d’écriture savent que « travail » est l’un des mots que je répète le plus souvent ! Le travail est donc déjà l’une de mes valeurs fondamentales. Mais en 2020, j’ai envie qu’il devienne mon moteur principal. Si aujourd’hui la tendance est plutôt à la quête du plaisir ou du bien-être personnel, je crois au contraire que le travail est la solution à bien des maux. J’ai plusieurs fois entendu, « Si je fais telle activité, c’est pour le plaisir qu’elle m’apporte, sinon je ne la fais pas. Si c’est du travail, je rechigne à m’y mettre. » Derrière ce genre de discours se trouve la croyance suivante : le plaisir fait du bien, le travail fait souffrir. Tout d’abord, je dirais qu’il n’y a pas de mal à souffrir. Un peu d’adversité dans la vie, nom de dieu ! Je plaisante (à peine). Plutôt que d’associer le mot « travail » à celui de « corvée », je lui préfère le terme « ouvrage », beaucoup plus positif, à la façon de Boileau : « Hâtez-vous lentement, et, sans perdre courage, / Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage ». N’oublions pas que le plaisir procure une satisfaction immédiate mais éphémère. Le travail, quant à lui, repousse le moment de la gratification, mais mène à l’accomplissement, qui offre une satisfaction beaucoup plus durable. Regarder une vidéo sur Youtube vous apporte cinq minutes de plaisir. Mettre le point final à un livre sur lequel vous avez travaillé pendant plusieurs années vous transforme à vie. En 2020, c’est avec enthousiasme et excitation que je me jette à corps perdu dans le travail pour atteindre mes objectifs personnels !


  • Action : j’ai choisi comme deuxième mot d’ordre le terme « action », par opposition à « réaction ». Dernièrement, l’actualité locale et internationale m’a vraiment dépitée. Affectée par toute la décadence de notre monde actuel, j’étais proche de tomber en dépression. Or j’ai réalisé que mon ressenti était une réaction à des événements extérieurs, et non le fruit d’un mal être intérieur. Rapidement, j’ai compris qu’il me fallait prendre de la distance et surtout, agir, plutôt que réagir. La réaction vient généralement d’une situation négative qu’on subit, elle génère souvent un sentiment d’impuissance ou de frustration. L’action est une décision d’entreprendre quelque chose pour créer un impact direct sur son environnement ou sur soi. Je ne changerai pas le monde en étant dans l’action, mais je ne le subirai pas non plus. En 2020, je choisis d’être dans l’action pour m’éloigner des ondes négatives et me rapprocher de mes objectifs personnels !


  • Responsabilité : j’ai remarqué que le mot « responsabilité » n’était plus beaucoup prononcé de nos jours. Tout comme il y a des mots à la mode, tels que « résilience », « bonheur », « guérir », il y a des mots qui tombent complètement dans l’oubli. Pauvre de toi, responsabilité, que tout le monde juge inutile et dont plus personne ne parle ! Dans notre société actuelle, un élève n’est jamais responsable de son échec scolaire, c’est la faute de l’école qui n’a pas su s’adapter à lui, et non le fait de son travail inexistant. Une personne qui essuie des déconvenues n’a tout simplement « pas de chance », elle n’est jamais responsable de ses mauvais choix. Si les Français vont mal, c’est la faute du gouvernement, et non celle de leur incapacité à être dans le contentement. J’ai même entendu dire qu’un serial killer n’est finalement pas responsable des meurtres qu’il a commis, il est victime de sa névrose ! Si je n’ai toujours pas fini d’écrire mon prochain livre, c’est la faute de la météo capricieuse, du voisin qui fait trop de bruit, de la morosité ambiante dans laquelle je vis ! En gros, personne n’est responsable de ce qui lui arrive ou de ce qu’il fait (ou ne fait pas). Nous serions tous des victimes du système. Depuis quinze ans, en choisissant de vivre hors de France, et donc d’être une étrangère dans mes pays d’accueil, j’ai également choisi de ne pas vivre dans un système, mais dans une culture. Sans filet de sécurité, je suis entièrement responsable de ce qui m’arrive, pour le meilleur et pour le pire. Je suis responsable de mon bonheur et de mon malheur, de mes échecs et de mes réussites. Je ne peux m’en prendre qu’à moi-même, tout comme je ne peux compter que sur moi-même pour trouver des solutions à mes problématiques. En 2020, je suis encore plus responsable dans le but d’atteindre mes objectifs personnels : si mon environnement ne me convient pas, à moi d’en changer. Si mes finances ne sont pas au beau fixe, à moi de me creuser la tête pour les améliorer. Si je n’ai pas assez de temps pour écrire, à moi de voler ce temps. Si mon voisin fait trop de bruit et m’empêche de travailler, à moi de prendre mes affaires et d’aller travailler ailleurs. Je suis responsable de tout ce que je fais et de tout ce qui m’arrive. Cela me permet de n’avoir jamais aucun regret.


Conclusion :


Si vous êtes au clair sur vos priorités et objectifs, il devient facile de sacrifier le reste.


Et vous, avez-vous pris des bonnes résolutions pour cette année ? Quelles sont-elles ? N’hésitez pas à m’en parler en commentaires !